Taïwan, le rêve des expatriés

Depuis août 2020, j’ai l’opportunité de décrire Taïwan avec mes propres mots chaque semaine sur Courrier International. Je m’attelle donc dans la rubrique « Cap sur Taïwan ! » à vous faire découvrir les merveilles de Taïwan et souligner les différences avec la France. Pour retrouver l’article original.

Selon le rapport Expat Insider 2019, Taïwan a été élu le pays le plus accueillant pour les expatriés en 2019. Seconde du classement en 2018, l’île s’est hissée au sommet notamment grâce à son service de santé exceptionnel, l’accueil particulièrement chaleureux des Taïwanais et bien sur le sentiment de sécurité. La qualité des transports en commun et la nature proche de la ville  sont aussi des facteurs importants.

Plus de 20 000 expatriés ont pris part à cette étude, représentant 182 nationalités réparties dans 187 pays ou territoires. Tout comme nos voisins italiens, les Français expatriés sont nombreux. La communauté française à Taïwan est conséquente et très active! Je suis très heureuse de voir l’île de Taïwan sur la plus haute marche du podium. Taïwan mérite amplement sa place de grande gagnante et ce pour plusieurs raisons qui font que je suis aussi tombée amoureuse de cet endroit au bout d’un an de séjour.

Un accueil des plus chaleureux

Tout d’abord, je peux facilement affirmer que les Taïwanais sont très accueillants, en règle générale, envers les étrangers. À mon arrivée, mes collègues et de nombreux inconnus n’ont pas hésité à prendre du temps pour me conseiller, me donner le chemin, m’accompagner dans mes démarches administratives, etc. En voyage sur le territoire taïwanais, je ne taris jamais d’éloges à l’égard de mes hôtes d’Airbnb, toujours disponibles pour m’aider, m’offrir un repas, discuter…

Le coût de la vie est bas comparé en Europe ; je mange tous les midis pour environ 3 euros dans un restaurant. Par contre, le prix des loyers dans le centre de Taipei peut grimper  rapidement. Les solutions pour s’installer en tant que Français sont diverses et variées. On peut facilement obtenir un PVT pour un an ou un visa de recherche de travail entre six mois et un an. Décrocher un travail reste toutefois un challenge si l’on ne parle pas le mandarin.

La sécurité avant tout

Avant Taïwan, j’ai vécu un an à Paris. J’aime cette ville, son bourdonnement incessant et son dynamisme. Mais il faut l’avouer, ce n’est pas un endroit où l’on se sent très en sécurité. Ici, on est souvent très surpris en arrivant à Taïwan. Dans la rue, les gens laissent leur casque voire leur clef de scooter sur leur véhicule sans s’en soucier. Souvent, lorsqu’une personne oublie quelque chose dans le panier d’un Youbike (sorte de Vélib’), quelqu’un pose délicatement l’objet près de la station de vélos. Au café avec des amis, en train de commander au guichet, nous laissons toutes nos affaires personnelles sur notre table sans craindre de les voir disparaître.

L’un des gros avantages de Taïwan, que l’on a également en France, c’est un système de sécurité sociale très avantageux. Beaucoup d’expatriés choisissent Taïwan comme destination pour cette raison. Les coûts liés à la santé sont minimes et très facilement couverts par la sécurité sociale taïwanaise.

Un cadre idyllique

Enfin, je trouve qu’une des plus belles choses de Taipei, c’est de pouvoir profiter des avantages d’une capitale tout en restant proche de la nature. Ici, j’ai accès à tous les évènements culturels et aux autres avantages d’une grande ville. À côté de ça, je suis à dix minutes en métro de la première montagne à arpenter. Les transports en commun quadrillent de manière efficace toute l’île et rendent les déplacements agréables et peu coûteux. Les sources d’eau chaude et les cascades sont légions et le pays est connu pour ses randonnées magnifiques au travers des montagnes.

Ai-je réussi à vous convaincre de prendre un aller simple pour Taïwan ?

Partage le :)

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *