Road-trip de 10 jours en Islande : l’itinéraire complet !

Voyager en Islande

Après 1 an, le voilà le fameux article sur l’Islande. Ce gros morceau, j’ai mis du temps à le pondre parce que je voulais faire ça bien, faire ça propre. Ce voyage, c’est un petit bout de vie partagée avec mon frère en Mars 2019. Ce sont 10 jours de road-trip avec une camionnette sans chauffage, bravant le temps parfois susceptible de l’hiver Islandais. C’est 10 jours que je ne regretterai jamais et que je n’aurais très certainement plus jamais l’occasion de faire dans ma vie. Durant ces deux semaines mon journal de bord m’a accompagné, seul témoin de nos nuits glacées, nos bouillottes pleines d’eau chaude de nos pâtes à peine égouttées, et de mes écrits illisibles remplis de souvenirs. Ce voyage, nous l’avions pensé et organisé quelques semaines avant de partir. Nous avions décidé de commencer par le nord de l’île et d’en faire le tour en mini-van. Bon au final, on a réalisé notre itinéraire à l’envers en partant du Sud.

D’ailleurs si vous souhaitez avoir le budget moyen de ce voyage, notre itinéraire et autres informations importantes pour partir en Islande en Mars, le lien vers mon google doc se trouve tout en bas de l’article! Mais tout de suite, je vous laisse le loisir d’admirer en vidéo notre voyage entre frère et sœur en Islande:

Cliquez y a des paysages presque aussi beaux que nous à voir

Faire le tour de l’île en 10 jours c’est faisable, même si, bien sur, nous n’avons pas eu le temps (ni l’argent !) de faire toutes les activities possibles sur place.

Spoiler alert: non, nous n’avons pas eu la chance d’admirer les aurores boréales, à croire que l’Islande nous incite à revenir chez elle un jour !

Vous êtes prêts ? C’est parti !

En résumé

  • Vols A/R 120 euros par personne avec escale
  • 10 jours pour faire le tour de l’île
  • 1500 kilomètres
  • Une angine et des cheveux sales sont à prévoir (panne de batterie également!)

Les infos indispensables

  • Prenez ABSOLUMENT une bouillotte, ça sauve des vies !
  • Louer un Van KukuCampers avec assurance anti casse du pare-brise pour 9 jours : 630 euros
  • Attention par contre, cette camionnette est considérée par les assurances comme un van donc non-assurée par la visa premium
  • Votre forfait 4G français est aussi valable en Islande! (youpi)
  • Possibilité de payer l’essence en liquide, il suffit de se rendre en station et demander une carte prépayé
  • Réserver votre vol sur Momondo ou flyhackers
  • Pour observer les aurores boréales : Télécharger l’application My aurora Forecast

Samedi 16 mars, le grand départ

Départ sans encombre de Paris, j’avais trouvé des vols scandaleusement peu chers 1 mois auparavant avec une escale à Londres (120 euros A/R). Bon, je vous avoue tout, j’ai dormi tout le long des deux vols, bouche ouverte comprise. Arrivés vers 15h à l’aéroport de Keflavík, mon frère et moi sommes déjà subjugués par les premiers paysages et le soleil sibérien. Nous avions réservé en avance notre petit van qui allait être notre toit pendant ces 10 jours. Je vous donne le site juste en dessous, à ce moment là ils proposaient des sacs de couchage, coussins et petites couvertures gratuitement en plus de la réservation. C’était clairement très appréciable au vu des dimensions de sac ridicules que notre compagnie aérienne nous permettait d’avoir (low-cost oblige).

De plus, la réservation inclue des outils de cuisine (marmite, fourchettes etc) ! Attention par contre, cette camionnette est considérée par les assurances comme un van donc non assuré par le visa premium! Nous avons donc fait le choix de prendre l’assurance contre les éclats de vitre, et je pense que c’est utile aux vues des routes que l’on est amené à pratiquer. La réservation tout compris nous est revenue à 630 euros pour 10 jours.

Au delà de la réservation, le personnel a été super accueillant, ils proposaient des victuailles gratuitement laissées par les anciens voyageurs. Et surtout, surtout, on avait une camionnette avec un style sans pareil.

Elle est pas belle la vie ?
Garde manger en haut, lit tout confort en bas!

Comme l’Islande est réputée pour son coût de vie élevé, j’avais trouvé deux trois astuces pour économiser sur notre route. Si on parle tout d’abord de supermarchés, il faut noter que les Krônan sont peu chers. C’est donc près du local où nous avons récupéré notre petit camion que nous avons fait nos emplettes pour les deux, trois jours à venir.

Le soleil se couche doucement au rythme de notre première balade en voiture. Nous sommes déjà émerveillés par les paysages qui défilent sous nos yeux. Je n’arrête pas de demander à mon frère de s’arrêter sur le bas côté pour ensuite bombarder de photos les montagnes, les lacs, la neige et le coucher de soleil. On stationne notre bolide sur un parking de camping près de Pingvellier. On le croyait fermé, mais le lendemain à notre grande surprise la gérante nous réveille pour nous demander de payer notre stationnement, soit 20 euros (!). A partir de ce jour, on a essaye au maximum d’éviter les campings. En Mars-Avril, les touristes se font rares et il est plus facile de stationner hors des sentiers battus. En été par contre, j’ai entendu dire que la police et les habitants, énervés des stationnements de voitures de touristes, chassaient très vite les vagabonds.

Pendant les 10 jours, on fera en moyenne un dodo sur 3 en camping


Dimanche 17 mars, le cercle d’or

La nuit a été fraiche ! Notre lit de fortune sur le plancher de notre camionnette se refroidit rapidement pendant la nuit. Enfin, au réveil, il faisait beau, presque chaud, un temps parfait pour entamer notre journée en direction du cercle d’or (les attractions touristiques proches de Rekyavik à savoir Þingvellir, Geysir et Gulfos). Þingvellir ( en Islandais : Plaine du Parlement), c’est un parc national connu pour ses dépressions géographiques et ses failles impressionnantes dans la roche. Nous l’avions déjà aperçu la veille, et c’est assez rapidement que nous avons continué la route jusqu’à Geysir. Geysir vient du verbe islandais gjósa signifiant « jaillir ». En arrivant, le souffre ( à savoir l’odeur d’œufs pourris) a pris de court mon odorat! Malgré le lieu un peu trop visité à mon goût, le ciel était bleu, la température était parfaite et on était content d’être là!

La dernière étape du cercle d’or et pas la moindre, c’est l’impressionnante cascade Gullfoss (Chute d’or). Là encore, les cars de touristes sont nombreux. Il faut dire que le cercle d’or est facile d’accès depuis capitale. N’empêche, le spectacle est grandiose (en vidéo juste au dessus).

Arrêt petit déjeuner à côté d’une rivière au bleu saisissant

Pour finir notre journée en beauté, je voulais me tremper au « Secret Lagoon« , source d’eau chaude normalement moins touristique que le très connu Blue Lagoon. Malheureusement, les touristes nous collaient aux fesses! J’avais pris mon bain de touristes pour la journée et je voulais vraiment trouver un coin tranquille. Je me suis donc mise à la recherche d’un VRAI bassin caché sur mon petit portable. Mon frère a suivi mes indications jusqu’à pénétrer à l’intérieur des terres, entourés de montagnes. Le contraste entre la neige et les montagnes jaunes est saisissant.

Arrivés à la hauteur de trois maisons la route de terre s’achevait. Nous avons continué à pied, guidés par les indications de mon portable. C’est comme ça qu’on a atterri dans une piscine naturelle (et chaude) perdue au milieu des montagnes! Avec deux autres étrangers, nous étions seuls à barboter dans cette piscine naturellement chaude, encerclés par les montagnes. Au bout d’un moment il a même commencé à neiger ! C’était vraiment un spectacle et un moment particulièrement magique.

Le mets du soir : pomme de terre, choux, carotte et pesto (oui, c’est particulier, mais de toute façon tout se mélange dans l’estomac ensuite, non?). À l’arrière du van, nous avons une petite table amovible qui nous permet de cuire nos aliments avec notre mini bonbonne de gaz.


Lundi 28 mars, une journée en noir et bleu

Doux réveil brumeux! Après un petit-déjeuner englouti sur le pouce, nous nous sommes avancés jusqu’au glacier Solheinajokull.

Il est possible de faire des excursions sur le glacier, mais, faute de moyens, nous avons simplement marché jusqu’au pied de celui-ci. Une fois n’est pas coutume, le spectacle est saisissant. Le mélange de la roche noir et du bleu glace me laisse contemplative.

Peu après, on retrouve le parking pour aller voir une carcasse d’avion échoué, attraction si connue (et touristique) en Islande. Alors, histoire de vous mettre au courant, il faut marcher près de 40 minutes sur une ligne droite déserte.

Somme-nous encore sur terre ?
L’étendue de plage se brouille au loin

Notre seule activité pendant tout ce temps de marche c’était de regarder les marcheurs qui revenaient et d’estimer à leur tête combien de temps ça allait nous prendre avant d’arriver. « Après l’effort, le réconfort », une fois sur place on découvre la plage de sable noir, la carcasse de l’avion et un calme sidérant.

L’après-midi nous avons essentiellement fait de la route sous un temps très pluvieux jusqu’à Svartifoss. Ah si, j’oublie, on a failli rester coincé dans la boue parce que j’avais demandé un arrêt d’urgence à mon frère : l’endroit était trop BEAU (voir jolie photo en dessous).

L’endroit aux couleurs d’automne coiffé d’un nuage

Essayez d’imaginer la scène, j’étais à la place conductrice, mon frère poussait à l’arrière pour nous sortir de ce pétrin. De ce fait, j’étais stressée de caler et j’y suis allée un peu fort sur l’accélérateur… Mon frère s’est retrouvé éclaboussé de boue (oups).


Mardi 19 Mars, neige et diamants

Hier soir, nous avons élu domicile au camping proche de la cascade Svartifoss. Svartifoss est une cascade d’Islande située dans le parc national de Skaftafell.

Du bleu glace au rouge de feu

Ce qui fait la renommée de cette chute c’est les magnifiques formations d’orgues basaltiques que l’on peut voir autour de celle-ci.

La petite balade jusqu’à la cascade n’est pas très longue, mais l’arrivée vaut le coup d’œil. La veille, nous avions rencontré un Anglais et un Mexicain avec qui nous avions partagé quelques verres. Autant vous dire qu’on n’était pas très vaillants au réveil !

Nos tetes pas fraîches

Cette petite promenade nous a fait le plus grand bien et, au retour, une légère pluie de neige nous a pris par surprise! Le parc national de Skaftafell accueille également deux glaciers et nous avons décidé de découvrir le Skaftafellsjökull (toujours plus long) juste après la cascade. Désolé si je me répète, mais je ne me lasserai jamais d’observer les massifs de glace en dissonance avec la roche sombre.

Finalement, on reprend la route pour tomber en fin de journée sur la fameuse « plage de diamants » (diamonds beach). Quel est ce nom curieux me direz-vous ? Admirez par vous-même:

La lune vous salue
C’est fascinant non ?

Oui, en amont de cette plage de sable noir se trouve le glacier Jökulsárlón. Curieux d’être une plage est d’avoir comme voisin un glacier... C’est ce qui rend cet endroit aussi magnifique qu’insolite. Les bouts de glace se reflètent dans l’océan et sur le sable ténébreux. Le soir, mon frère s’arrête à la première ville sur notre passage et nous profitons d’une nuit bien méritée en zone urbaine.


Mercredi 20 mars, soleil et met de choix

C’est une journée que l’on pourrait qualifier littéralement de road-trip. Nous remontons doucement la côte est de l’île qui est déserte mais qui offre son lot de paysages à admirer derrière sa vitre au chaud et avec sa bouillotte. Nous dévalons la route à vive allure pour marquer l’arrêt régulièrement à mes ordres (mon frère n’en peut plus de moi je crois) et en prendre plein la vue. Il neigeait ce matin-là, on a eu la chance d’admirer une plage de sable sombre où l’océan venait inlassablement s’écraser sur les falaises et SOUS LA NEIGE. Je n’avais jamais vu un spectacle pareil!

J’ai pris quelques vidéos de ce moment à retrouver dans la vidéo Youtube disponible au début de l’article. Le soleil a daigné pointer le bout de son nez en milieu d’après-midi. C’est à ce moment que nous croisons une table au bord de la route au beau milieu des montagnes. Satisfaits du spot, nous nous arrêtons pour manger un délicieux plat composé de viande et de purée. La veille, mon frère m’avait supplié d’acheter de la viande un peu chère parce que bon, 1m80, faut le nourrir correctement l’agneau.

Content et repu

Musique des années 80 en fond dans mon enceinte, le blouson sur le dos, l’endroit baigné de soleil… Le moment était parfait. La journée se termine au gré du soleil et je m’aperçois que nous avons avalé pas mal de kilomètres!

Les couleurs défilent

Jeudi 21 mars, cascade d’arc-en-ciel

La veille, nous avions élu domicile dans un petit parking en ville. Ouf, personne n’est venu nous déranger durant la nuit. Ravitaillement à la station essence et c’est reparti. Je prends mon petit déjeuner devant une vue à couper le souffle, entre une forêt et un lac de cristal. Avant d’atterrir au lac Mývatn mon frère s’enfonce sur une route parallèle direction la cascade Dettifoss. La route est nettement moins dégagée mais mon frère s’en sort plutôt bien entre le verglas, la neige et le bitume que l’on voit à peine. Après cette route, nous voilà rendus à pied sur environ 1 kilometre dans la neige et exposés au vent. Nous sommes très vite récompensés par un spectacle majestueux. Emmitouflée dans mes habits pour me protéger du vent, je me retrouve nez à nez avec la cascade auréolée d’un arc-en-ciel !

Nous étions au PIED de l’arc-en-ciel
Draps d’eau

De retour sur l’artère principale nous nous arrêtons prendre la température des « hot mud » à Hverir. Ce sont des cratères dégageant de la boue à 200 degrés et une forte odeur se souffre.

chaud devant!

De retour sur nos pas nous arrivons enfin au lac Mývatn. J’avais noté un joli lac établi dans le creux d’un ancien volcan. Sur le papier, le lac est bleu océan. En réalité, en cette période il est gelé et beaucoup moins impressionnant!

Le vent par contre nous suit toujours et souffle plus fort que jamais. C’est tant bien que mal que j’arrive à faire à manger, mon réchaud calé derrière les portières de notre mini-van pour se protéger de ce vent qui ne s’arrête pas. En fin de journée, après avoir fait le tour du lac en voiture, on dépose notre camionnette sur un parking adjacent.

Notre dernière activité de la journée sera une petite promenade sur le bord du lac pour admirer le coucher de soleil.

L’étendu qui semble être simplement de la neige et en fait le lac gelé

Vendredi 22 mars, le déluge

BON. il a neigé et venté toute la nuit, on ne voit plus rien à 5 mètres de distance. Comble de l’histoire notre voiture n’a pas supporté le froid et ne s’allume plus. Je m’en vais chercher de l’aide à l’hôtel en face du parking et un gentil monsieur m’accompagne pour nous sortir du pétrin. Je sirote un petit café dans l’hôtel en attendant, puis, on décolle un peu à contre-cœur dans le froid glaçant. Il est totalement impossible de visiter le reste du lac par ce temps. Mon frère avance comme il peut en voiture.

La tempête de neige fait rage et malgré cela, je tente d’aller voir la fameuse cascade Godafoss… Grossière erreur! Le vent et la neige sont littéralement impossibles à braver et nous retournons rapidement dans notre abris transis de froid!

Peu après notre arrêt à la cascade Godafoss nous rencontrons deux Québécois et leur camion englué dans la neige. Par ce temps, l’entraide est de mise mais même à 4 la voiture est trop enfoncée dans la neige pour la dégager à mains nues. Finalement, on attendra jusqu’à ce qu’un Islandais les tire avec son gros 4×4. Mon frère conduit tant bien que mal par ce temps peu clément jusqu’à Akureyri, qui est la ville là plus au nord de l’île avec ses 21 000 habitants. Pendant la journée je cherche un camping pour pouvoir se doucher après quelques jours à dormir sur le bord de la route. Finalement, on se gare à Huvner, camping plutôt confort ( à ce moment-là on ne fait pas les difficiles), avec des gens peu accueillants par contre. Je prends une douche chaude durant de longues minutes. ÇA FAIT DU BIEN.


Samedi 23 ,mars, dérapage et chute

Je me réveille la gorge serrée, c’est parti pour une angine bien carabinée! Il fait beau lorsque nous nous levons mais le soleil disparaît bien vite. Les petites nuits passées dans le froid commencent à se faire sentir, et je dois dire que nous sommes tous les deux en petite forme aujourd’hui. Du coup, on décide de parcourir tranquillement en voiture les fjords de l’ouest Islandais. Jusqu’en fin de matinée, tout se passait bien, quoiqu’un peu frisquet , et puis le karma en a décidé autrement (on l’avait un peu cherché aussi)...

p’tits poneys aussi curieux que nous

Depuis le début du voyage on ne sort pas vraiment de la route principale. Notre mini-van et ses minis pneus ne font pas trop le poids face aux amas de neige sur les routes secondaires. Et puis, on s’est dit qu’on pouvait tenter. Dans le nord-ouest de l’Islande on peut voir les fjords et les falaises mais il faut emprunter les petits chemins pour y arriver, ce qu’on a fait. Bref, après quelques kilomètres sur une route blanche de neige et déserte, mon frère prend un virage plus serré que d’habitude qui débouche sur une montée. Notre van glisse soudainement dans le virage et se rapproche très près du ravin! PAR CHANCE, mon frère reprend le contrôle du véhicule au dernier moment mais cale au début de la montée. Perdus au milieu de nul part et après quelques essais infructueux pour redémarrer, il ne reste pas beaucoup de solutions. Je me retrouve complètement frigorifiée dehors à déblayer les roues avec notre marmite et mes petites mains! Au bout d’une demi-heure, mon frère réussi à dégager le véhicule. Pas très fiers de notre expérience on rebrousse chemin sans demander notre reste. Le soir, les indications de notre application pour chasser les aurores boréales sont au vert ! Malheureusement la neige tombe toujours et nous empêchera d’en apercevoir….


Dimanche 24 mars, le Blue Lagoon

Ce matin notre voiture nous a fait part de son mécontentement à dormir dans le froid glacial depuis 7 jours, sa batterie est tombée à plat encore une fois! Par chance, un vieux monsieur passait par là pour aller voir ses chevaux et nous a aidé à repartir ! C’est une petite journée pour moi, je suis à l’apogée de ma maladie, le froid me transperce de part en part et impossible de me réchauffer. Nous nous rapprochons inexorablement de Reykjavík et de la fin de notre voyage. Pendant la journée, on s’aventure sur la dernière langue de terre avant de terminer notre road-trip dans la capitale.

La péninsule de Reykjavík nous offre un spectacle lunaire avec ses roches sombres transpercées de toutes parts. En fin de journée nous décidons de faire un tour au Blue Lagoon, le plus célèbre complexe de source d’eau chaude. Nous resterons à l’extérieur pour admirer l’eau laiteuse qui contraste fortement avec le paysage sombre.


Lundi 25 et Mardi 26 Mars, le retour

C’est déjà presque la fin ! Nous avons rendu notre petit van ça nous a fait un peu bizarre…

Pour la dernière nuit nous avons logé dans un dortoir dans la capitale. Nous nous baladons une bonne partie de la journée dans la ville au travers des petites maisons colorées.

Après ces 9 jours à manger dans notre gamelle des pâtes et du chou, on est bien content de finir dans un restaurant avec un bon burger !

En fin de journée nous nous dirigeons vers l’aéroport. Notre premier avion s’arrête à Edinburgh aux alentours de minuit. Pas de chance, l’aéroport est en travaux, il n’y a presque pas de chaises pour s’assoir et encore moins pour dormir! Nous atterrissons à Paris aux aurores.

Ce voyage aura été intense! Je n’avais jamais voyagé dans un mini-van et encore moins en températures négatives sur une île! Néanmoins, partir en Islande en mars offre des paysages enneigés magiques. Les touristes se font rares (comme les habitants en général), et c’est vraiment une aventure à part entière! Je ne peux que conseiller de faire ce road-trip avec son/sa frère/sœur, on peut dire que ça resserre les liens ahah.

merveille x 2

EN CADEAU : le magnifique google doc avec toutes les informations importantes pour partir en Islande en Mars. Il y a aussi notre itinéraire (qu’on a finalement fait à l’envers haha), le budget etc. Ne me remerciez pas.


Si ce format vous a plu, j’ai redigé un article similaire sur mon voyage en Thaïlande! A bientôt pour de nouvelles aventures 🙂

Partage le :)

Similar Posts

6 thoughts on “Road-trip de 10 jours en Islande : l’itinéraire complet !
  1. BRAVO, Exaltant, j’ai fait une pause pendant la lecture, comme quand tu lis un bon livre et que tu ne veux pas arriver à la fin!!

  2. c’est très intéressant!Je lis quand je révise pour les examens, une très bonne évasion!J’ai aussi un frère, j’ attends mon tour d’écrire nos histoires de voyage ensemble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *